Grand Corps Malade « Pocahontas »

Paroles de la chanson "Pocahontas" par Grand Corps Malade

On a d’jà lu les premiers mots les premiers rires déclenchés,
Les premiers pas, les premières courses, les premiers genoux écorchés
Les premières photos à quatre, les premières crises de cauchemar
Les premières nuits pointillées, les premiers vices de couche tard

 

On a encore les mémories et les parties de domino
Des jouets qui font trop de musique, et les matins trop matinaux
Les journées de taf raccourcies, l’ultimatum de 16h30
Et les promenades au parc tous les jours où ça leur tente

 

On continue de s’émerveiller devant un dessin de cosmonaute,
Ou un bonhomme pâte à modeler avec un bras plus grand que l’autre,
On continue d’vouloir filmer tous ces moments insensés
Qui n’reviennent plus jamais dès lors que le film est lancé

 

On a eu les premiers hostos, les inquiétudes, les premières peurs,
Les premières grosses engueulades et les punitions à contre cœur
Les premiers cadeaux débiles avec leur nom sur leur tasse,
Les siestes d’un œil sur le canapé en regardant Pocahontas

 

On attend sans impatience, les premiers devoirs à la maison,
Les premiers stress de contrôles, les boules au ventre à l’horizon
Les premiers mots dans le carnet pour les tarés quand ils s’amusent
Les premières mauvaises notes, pour les carrés de l’hypoténuse

 

On redoute un peu quand même le cartable de 20 kilos,
Cahiers à spirales, intercalaires, trousse qui déborde de stylos
Et puis y aura premier portable, les premières boums, premières soirées,
Les premières peines de cœur, premier rencart un peu foiré

 

Ce sera un peu le moment de toutes les grandes premières fois,
Les premières cuites, les premières nuits qu’on ne nous racontera pas
On les regardera agir avec un pincement au cœur
Car de leur vie on deviendra de plus en plus spectateur

 

Y aura la première fois moins de 5 fautes au code de la route
Qui leur permettra de s’éloigner encore plus vite et puis sans doute
Suivra leur premier appart avec une Pocahontas bien élancée
Ils reviendront vider leur chambre, ça j’ose même pas y penser

 

Il nous restera ça je l’espère, ce sentiment essentiel
De les avoir bien préparé à cet immense bordel
Il nous restera ça j’en suis sur, cette indicible joie
De les voir courageux bien épanouis dans leur choix
Il nous restera une maison avec une ou deux chambres en trop
Retrouvant le statut de jeune couple en perdant celui de parents pro

 

Il nous restera à regarder devant en appréciant ce qu’il y’a derrière
Prendre pleins de photos de demain, pour compléter celles d’hier

 

Et puis les chambres en trop seront à nouveau amochées
Par la nouvelle génération des premiers jouets écorchés
Le cycle jouera son rôle implacable et fatidique
Et on retrouvera des jouets modernes qui feront toujours trop de musique

 

Au milieu des nouveaux cris on se dira qu’on a réussi
À fabriquer ce manteau, qui nous protège la vie
Ce confort impalpable, ce tremplin, cette béquille
Ce miracle anodin, on a fait une famille

 

Et avec mes petits enfants et la télé juste en face
Je me vois bien faire une bonne sieste
Pourvu que ce soit Pocahontas

Grand-Corps-Malade-Pocahontas

Prochain concert de Grand Corps Malade

digitick_com_noir france billet logo-fnaccom

Acheter ce titre MP3 ou cet album

Logo_Amazon itunes

Publier un commentaire